Lorsque vous voyagez au Canada, il y a des images qui vous trottent dans la tête autour de la nature, dont deux particulièrement: paysages grandioses et animaux sauvages. Les deux sont présents partout dans le pays, mais il est des lieux qui marquent à jamais: l’Alberta et la Colombie-Britannique. Avant même de nous y rendre, nous savions que nous ne serions pas déçus. Il y a tellement de mythes et de rêves qui ont vus le jour là-bas, je défie quiconque de me dire qu’il n’a pas aimé.

Au-delà des paysages grandioses, nous rêvions secrètement de croiser la route des animaux mythiques tels que les Castors, les Orignaux, les Caribous, les Ours, les Lynx ou encore les Loups. Nos premières rencontres avec la faune fut avec trois espèces reconnaissables de rongeurs: l’Écureuil Gris, l’Écureuil Roux Américain et le Tamia (communément appelé Petit Suisse). Certes moins impressionnants, mais ô combien mignons… Vous en trouvez partout au Canada, y compris dans les grandes villes alors pas besoin de chercher bien longtemps pour en croiser.

gris

Écureuils Gris – Parc du Mont Royal (Montréal – Québec)

squirel

Écureuil Roux Américain – Parc de la Chute Montmorency (Québec)

suisse

Tamia – Parc de la Chute Montmorency (Québec)

Nous avons ensuite croisé deux chevreuils, manquant même de les frapper en voiture en pleine nuit alors qu’ils se jetaient pratiquement sous nos roues dans la forêt québécoise, proche de Rimouski. Là par contre, pas de photo bien évidement, la rencontre fut trop intempestive. Pour ce qui est des autres animaux, là ça se complique. Nous avons tenté notre chance une première fois au Québec en nous rendant au Parc National du Bic, avec pour point de départ: le parking du Cap à l’Orignal. Avec un nom pareil, nous pensions sincèrement avoir un peu de chance, mais malgré une longue marche à travers la forêt, nous n’avons croisé que des Petits Suisses!

Plus tard, en Colombie-Britannique, nous nous sommes rendus au Parc National des Glaciers en vue de randonner sur le sentier du Grand Glacier. En arrivant, nous avons tout de suite remarqué les nombreux panneaux nous mettant en garde contre les Ours: « Ici, vous êtes sur leur territoire »! Malgré le danger d’une rencontre avec cette espèce, la vue de ces panneaux a créé en nous deux sentiments bien distincts: l’euphorie et l’anxiété. L’un causé par l’excitation d’une éventuelle rencontre, l’autre par son appréhension nuancée de peur.

Nous avons donc entamé notre randonnée à travers la forêt, un lieu enchanteur, magique, où la mousse embrasse les rochers énormes éparpillés entre les sapins. A chaque détour, nous nous attendions à croiser un Ours, tournant la tête de droite à gauche, à l’affût du moindre bruit, de la moindre masse sombre à travers les arbres. Arrivés à la rivière, nous pensions en nous-même que nous allions peut-être avoir la chance d’en voir un en pleine partie de pêche! Un peu plus haut, lorsque la forêt laissa place à la montagne et ses grandes étendues de hautes herbes, l’image d’une mère et ses oursons nous traversa l’esprit, digne d’un film documentaire. 4 km de marche en 3h30 aller-retour ne nous aura pas comblé de cette vision: aucun Ours à l’horizon… Un peu bredouilles, nous sommes tranquillement retournés à notre voiture avant de poursuivre notre voyage.

DSC06461.JPG

Parc National des Glaciers (Colombie-Britannique)

Quelques jours plus tard, nous arrivions au Parc National de Banff en Alberta. Notre premier point de chute: le Lac Louise. Magnifique mais trop populaire, nous savions déjà en arrivant que ce ne serait pas ici que nous allions tomber sur un Ours. Un peu plus loin, le Lac Moraine nous offrit une alternative plutôt comique: un grand Ours décoratif salue les visiteurs à l’entrée de la boutique de souvenirs. Mais encore une fois, nous avons dû nous avouer vaincus.

De retour sur la route, nous remontions vers le Parc National de Jasper quand soudain, un attroupement de voitures nous obligea à ralentir. Certaines étaient arrêtées sur le bas côté, de nombreuses personnes traversaient la route tandis que d’autres essayaient tant bien que mal de se frayer un passage à bord de leur véhicule. Il ne nous a pas fallut longtemps pour découvrir la raison de toute cette agitation: sur le bas-côté, à quelques mètres à peine de la chaussée, se tenait un jeune Ours Noir. Il cherchait de quoi manger dans les buissons, totalement indifférent à l’agitation qu’il créait. Un peu sous le choc de cette rencontre impromptue, nous avons calmement arrêté notre voiture pour voir la scène, gardant une distance bien supérieure à celle des autres « touristes ». Un petite minute pour le voir, cet être magnifique qui d’un air pataud se laissa tomber de tout son corps sur les fesses lorsqu’il trouva buisson à son goût. Une rencontre des plus inattendues mais surtout des plus belles et inoubliables. Lorsque nous avons quitté le lieu, nous nous sentions comme sur un petit nuage, comme deux enfants qui auraient vus un chiot ou un chaton pour la première fois.

ours1

Ours Noir – Parc National de Banff (Alberta)

L’étape suivante finit de nous achever émotionnellement avec un sentier nous menant aux pieds du Glacier Athabasca. La vue était à couper le souffle, ce géant de glace qui se tenait devant nous était vraiment impressionnant et le sol gelé laissant apparaître une terre sombre ajouta un air presque lunaire associé aux dernières lueurs de la journée. Sur la Transcanadienne, en direction de Montréal, nous avons traversé tous les états du sud, croisant des troupeaux de chevaux, de vaches et de bisons. De passage à Regina, capitale du Saskatchewan, nous avons même vu des Bernaches du Canada dans un parc urbain.

DSC06718.JPG

Bernaches du Canada – Regina (Saskatchewan)

Les grandes étendues du Saskatchewan et du Manitoba laissèrent place à des milliers de rivières entourées de forêts en Ontario. Les paysages se succédaient et au détour d’une route, nous nous sommes à nouveau retrouvés face à lui: l’Ours. Cette fois-ci, il s’agissait d’un petit Ourson Noir qui semblait s’être perdu et errait sur la route. De bons conducteurs s’étaient alors arrêtés pour faire la circulation et le guider à distance pour l’aider à traverser: une belle action qui nous a fait plaisir à voir. Un peu plus tard, lors d’une longue promenade au Canyon des Portes de l’Enfer proche de Rimouski, Charlotte a croisé de nombreuses traces de vie de Castors, mais les petites bêtes devaient être trop timides pour oser venir dire bonjour.

Ainsi, après plusieurs mois de voyage dont 1 mois et demi au Canada, nous n’aurons pas croisé d’Orignal (sauf dans notre assiette, c’est d’ailleurs très bon), ni les autres spécimens mentionnés en début d’article. Mais nous avons eu la chance de voir 2 magnifiques Ours Noirs, les plus pacifiques et les plus mignons puisqu’il s’agissait de jeunes. Deux rencontres dans des lieux où nous ne nous attendions pas du tout à les croiser, deux souvenirs que nous ne sommes pas prêts d’oublier…

Mais il existe un lieu à Montréal où vous pouvez voir de nombreux animaux: Le Biodôme. Ici, vous retrouvez beaucoup d’espèces tels les Ratons-Laveurs, les Castors, les Lynx, les Loutres, les Porc-épics, de nombreux oiseaux, poissons et autres habitants d’Amérique du Nord… et du Sud!

IMG_1075.jpg

Lynx du Canada – Biodôme (Montréal – Québec)

IMG_1069.jpg

Canard Branchu – Biodôme (Montréal – Québec)

img_1105

Gorfous Sauteurs – Biodôme (Montréal – Québec)

Et pour compléter cette jolie liste, nous pouvons y ajouter de magnifiques créatures visibles dans le Parc Marin du Saguenay. Charlotte a eu la chance de les observer lors d’une excursion en bateau alors qu’elle vivait au Québec en 2009. Qui sont-ils? Les Phoques, les Bélugas et les Baleines de Minke…

img_1199

Phoque – Parc Marin du Saguenay (Québec)

img_1204

Bélugas – Parc Marin du Saguenay (Québec)

img_1163

Baleine de Minke – Parc Marin du Saguenay (Québec)

Quels sont vos animaux préférés au Canada? Lesquels avez-vous déjà rencontrés?

 

6 réflexions sur “Escapades: Sur la piste des Animaux du Canada

  1. En effet le Canada c’est le pays des animaux 😉 Alors pour ma part : des écureuils vu et revu à Montréal mais aussi dans les parcs nationaux. Un orignal avec son petit dans le parc de la Jacques Cartier à Québec, Lynx à la ferme 5 étoiles à Sacré coeur, des baleines aussi à Tadoussac. Mais mon rêve c’est de voir un ours !!!!! Je ne partirai pas du canada sans avoir vu un ours un vrai !

    Aimé par 1 personne

    • Chanceuse pour l’Orignal et son petit 🙂 Je regrette sincèrement de ne pas en avoir vu depuis tout ce temps, mais bon, on reviendra alors ce n’est que partie remise. Sur notre liste se trouvent aussi les Caribous, les Castors et les Ours Polaires 🙂

      J'aime

  2. Qui peut lire votre texte sans frémir d’envie, sans sentir dans son âme le désir de longs voyages ? On rêve toujours d’un pays préféré, moi c’est le CANADA. Votre histoire c’est juste une expérience extraordinaire !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s