Article collaboratif: Coups de cœur Street Art en Afrique & Moyen-Orient

Voici enfin le dernier article de la série Coups de Cœur Street Art à travers le monde avec l’Afrique & le Moyen-Orient par 6 blogueurs voyage!


Bethléem (Palestine) par Annie de Annie Anywhere:

La majorité des touristes qui s’aventurent à Bethléem y sont pour deux raisons : visiter les lieux saints du Christianisme, ou traquer les œuvres que le célèbre artiste Banksy a laissé sur les murs de la ville. C’est là que se trouvent les pièces connues Girl Frisking a Soldier et Flower Thrower. Du côté palestinien comme du côté israélien, les graffitis et fresques habillent aussi le mur de West Bank. Symboles de paix, drapeaux, messages de soutien ou incitations à la rébellion, l’art de rue de Bethléem est revendicateur… et avec raison.

Son article: Bethléem: Banksy et autre street art


Asilah (Maroc) par Aurélien de Voyage Way:

Asilah est une petite ville située sur la côte Atlantique du Maroc. Paisible et plutôt oubliée par les touristes, la médina d’Asilah a un charme certain. Visiter Asilah passe forcément par la découverte de sa médina et de ses nombreuses oeuvres de street art. Chaque année, de nombreux murs de la médina sont recouverts de fresques murales. On y garde donc ici le côté éphémère du street art ! Un vrai plus car vous pouvez retourner à Asilah régulièrement et les murs de la médina changent de visage ! En se baladant dans la médina, impossible de rater ces oeuvres de street art. Il y a en a plusieurs dizaines dans la vieille ville …

Son article: Asilah, la perle du Maroc


Gafsa, Djerba & Sidi Bou Said (Tunisie) par Kaouthare de Touristissimo:

Depuis la révolution du 14 janvier 2011, la Tunisie se libère d’un dictateur et par la même occasion les Tunisiens se libèrent l’esprit. L’artiste JR était le premier a ouvrir la voie en Tunisie, suivi par El Seed que je suis ses aventures depuis le début, sa première calligraffiti était à la mosquée de Gafsa dans le sud Tunisien. On retrouve ses oeuvres un peu partout dans le monde comme celle à la façade de l’institut du Monde Arabe à Paris. L’été 2014, l’île de Djerba a invité plus de 100 artistes du monde entier pour laisser place à leur imagination dans un village qu’on appelle aujourd’hui Djerbahood, un musée à ciel ouvert qui colore le quotidien des villageois.


Kigali (Rwanda) par Mick de Where is Mickwho:

En exploration à travers le pays des mille collines, j’ai été interpellé par les œuvres d’artistes locaux. Chaque mois, lors de l’umuganda (matinée de travaux civiques obligatoire), des habitants et artistes se réunissent pour peindre certains murs de leur quartier, rendant Kigali une ville artistique en plein essor.


Le BAT centre à Durban (Afrique du Sud) par Fanny de Olifanny Voyage:

Situé dans le quartier du port maritime de Durban, ce lieu artistique méconnu, crée en 1995, est pourtant incontournable. Découvert par hasard, en errant les rues et le front de mer, la magie culturelle de l’Afrique du Sud s’y retrouve dès l’entrée, mêlant Art, Histoire et Espoir: « Today’s Youth, Tomorrow’s Leaders ». De même, l’une des fresques est consacrée à la langue des signes, une façon d’intégrer les malentendants par le street-art. Peintures, sculptures, concerts, ce haut lieu de vie culturelle en dit long sur la simplicité et la gentillesse des locaux, avec cette possibilité d’échanger autant que l’on souhaite avec les artistes sur place. Le street-art est également présent un peu partout dans la ville, ouvrez grands les yeux, chaque graff a son Histoire…


La Cité des Arts à Saint-Denis (La Réunion) par Anne So de Les Détours d’Anne Sophie:

Sur l’île de La Réunion, à 10 000 kilomètres de la métropole, les artistes street-art ont un territoire de jeu conséquent où ils peuvent graver leur talent. Que ce soit à l’improviste, sur des roches, des ponts ou des façades ou lors d’événements organisés spécialement. En 2016, la Cité des Arts, à Saint-Denis, a ainsi permis à plusieurs artistes de venir s’exprimer sur ses murs. Les amateurs de street-art peuvent y retrouver une fresque impressionnante de JACE, la star locale. Avec son désormais célèbre Gouzou, petit bonhomme jaune que JACE sème partout à travers le monde, l’artiste raconte les différentes étapes de la création à travers les différentes strates de la création.


Cet article vous a plu? Ne manquez pas les autres articles de la série. Vous êtes blogueurs voyage? Contactez-nous si vous souhaitez participer à nos prochains articles!

No Comments

  • touristissimo 19 décembre 2017 at 16 h 01 min

    Je ne savais pas que Banksy est allé jusqu’à Betlehem, je savais que JR avait placé une photo d’un prêtre, d’un rabbin et d’un imam qui faisaient la grimace. Une manière de rire de ce qui malheureusement séparent le peuple.
    Sympa de découvrir d’autres street art d’autres pays 🙂

    Reply
    • tracesdevoyages 19 décembre 2017 at 19 h 54 min

      Nous avons fait de belles découvertes nous aussi 🙂

      Reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :