Archéologie en Tunisie

La Tunisie n’est peut-être pas la première destination à laquelle vous pensez lorsque l’on vous dit archéologie, pourtant, j’ai eu la chance d’y visiter 3 lieux qui recèlent des trésors que je vous présentent aujourd’hui.

Le Musée National du Bardo à Tunis:

Situé dans les palais de l’ancienne cité militaire fortifiée, le Musée National du Bardo a vu le jour en 1885. sous le nom de Musée Alaoui. Au tout début, il n’occupait qu’un seul des 4 palais et progressivement, il s’étendit à l’ensemble de la cité. Mais en 1956, après l’indépendance, la partie la plus ancienne est léguée au siège de l’Assemblée Nationale constituante. C’est à ce moment-là que le musée devint le Musée National du Bardo.

Ses collections sont impressionnantes, elles retracent une grande partie de l’histoire du pays et c’est ici que se trouve la plus grande collection de mosaïques au monde! On y trouve également des bijoux puniques ainsi qu’une galerie de sarcophages romains et de baptistaires chrétiens. Mais aussi des pièces uniques, comme la cargaison d’un navire romain naufragé au large du cap Africa, face à la ville de Mahdia, avec des chefs- d’œuvre de l’art grec, hellénistique (pièces de bronze, sculptures en marbre et mobilier), produit des fouilles sous-marines effectuées dans la première moitié du 20ème siècle avec la participation du commandant Cousteau.

Bardo1Bardo2

Le site Archéologique de Carthage:

Inscrit à l’UNESCO en 1979, le Site Archéologique de Carthage est situé proche de Tunis dans la ville du même nom. Dispersés un peu partout, les vestiges de cette cité antique nous donnent une idée de la grandeur et l’organisation de l’époque. Juste à côté de la Cathédrale Saint-louis, il ne reste aujourd’hui que quelques fondations et fragments de colonnes du quartier punique le plus important de l’ancienne cité: Byrsa. Vous y trouvez également le Musée National de Carthage. D’autres sites ont été mieux préservés comme la Villa de la Volière ou les Thermes d’Antonin, voir restaurés comme ce fut le cas pour le Théâtre Romain qui aujourd’hui accueille le Festival de Cartage. Pour une vue d’ensemble sur les différents lieux que vous pouvez voir, n’hésitez pas à consulter cette carte de Wikipédia.

Tunisie Avril 2008 082.jpg
Musée National de Carthage

Le site Archéologique de Dougga:

De loin mon préféré pour sa beauté, le Site Archéologique de Dougga (ou Thugga) a été inscrit à l’UNESCO en 1997. En pleine campagne, à 115km de Tunis dans le Nord du pays et vieille de 3000 ans, elle a su conserver dans son intégralité les vestiges d’une cité antique avec toutes ses composantes. Cité africaine ayant vécu sous les rois numides pendant les premiers siècles de l’Empire romain, elle offre le meilleur exemple connu d’une fondation autochtone et de son évolution à l’époque romaine. Le site est immense et de nombreux bâtiments sont reconnaissables tels le Capitole (en couverture de cet article), le mausolée libyco-punique, le théâtre ainsi que les temples de Saturne et de Junon Caelestis. S’il y a bien un lieu que je vous conseille d’aller voir si vous aimez l’archéologie, c’est celui-ci!

Tunisie Février 2007 101Tunisie Février 2007 137Tunisie Février 2007 145


Connaissez-vous ces lieux? Les avez-vous déjà visités?

Escapades: Cuba

En mai 2012, j’ai (Charlotte) eu la chance de réaliser un de mes rêves d’enfant: partir à Cuba! Depuis mon jeune âge, j’avais entendu parler de Che Guevara et Fidel Castro, de Cuba et ses vieilles voitures américaines, de La Havane et sa musique, des champs de tabac et des fumeurs de cigares, du rhum et des plages de rêve… L’idée que je m’étais faite de ce pays était assez idyllique je l’avoue, un certain paradis perdu d’une époque révolue.

Pour la toute première fois de ma vie (et dernière à ce jour) nous avions (avec ma famille) décidé d’opter pour une formule circuit et séjour de 2 semaines avec un voyagiste. Le circuit d’une semaine partait de La Havane, passant par Viñales, Cienfuegos et Trinidad (toutes classées à l’UNESCO). A la fin de celui-ci, nous avions choisi de rester une semaine en tout inclus à Varadero afin de nous reposer et profiter pleinement des plages. La raison de ce choix de circuit était que nous avions entendu dire que les routes n’étaient pas très bien entretenues et parfois sans aucune indication. Nous avons donc pensé que pour une fois, nous pouvions nous laisser guider.

Havana4.jpg
La Havane

La première image que j’ai eu de La Havane, ce sont des ruines… oui, des ruines. Les bâtiments étaient, pour la grande majorité d’entre eux, dans un état tel que nous n’aurions pas osé y pénétrer. Les murs perdaient leurs couleurs d’antan, laissant place à une peinture toute craquelée ou ayant disparut; la pierre s’effritait, rongée par le vent, le sel et la pluie; les voitures anciennes roulaient dans un grand fracas, se mêlant aux nombreux deux roues et charrettes à cheval, bœuf ou âne. Cette image m’a semblé tout droit tirée d’un film post apocalyptique, comme s’il s’agissait plus d’un décor que d’une vraie ville. Mais pourtant, c’est bel et bien le lieu qui m’avait fait tant rêver.

Habana2.jpg
La Havane

Il suffisait de tendre l’oreille pour entendre le son de la musique cubaine à chaque coin de rue, de bonnes odeurs de nourriture s’échappaient des cuisines des restaurant, et assis devant leurs pas de porte, des personnes âgées, hommes et femmes, fumaient des cigares plus gros que ce que je n’avais jamais vu! Ce mélange d’architecture en perdition associé à la vie animée des rues donnait un côté étrange à la ville, comme si le temps passé n’avait affecté que les murs, laissant suspendue la vie qui les entourent.

Habana1.jpg
La Havane

Mon vrai coup de cœur fut la vallée de Viñales, un lieu magique qui mérite amplement son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans un cadre de verdure digne de Jurassic Park, cette vallée immense s’étend devant vous, faite de mogotes (buttes montagneuses de calcaire émergeant de la plaine), de plantations de café et de tabac. Dans cette vallée, de nombreuses grottes et cavernes sont accessibles à la visite (cher et très court mais de toute beauté): Cueva del Indio, Cuevas de Santo Tomas et Palenque de los Cimarrones. A Viñales, vous pouvez visiter des plantations de tabac et usines à cigares afin d’apprendre les techniques de fabrication des Cohibas (les fameux cigares de Castro), mais aussi des plantations de café suivies d’une dégustation!

Viñales3.jpg
Vallée de Viñales
Viñales1.jpg
Plantation de café – Viñales
Viñales2.jpg
Palenque de los Cimarrones – Viñales

A Cienfuegos, nous avons découvert une ville qui a su bien conserver sa belle architecture d’époque coloniale. Ville portuaire, ancien centre de négoce de la canne à sucre, du tabac et du café, elle abrite l’un des jardins botaniques les plus spectaculaires d’Amérique Latine: Jardín Botánico Soledad.

Cienfuegos1.jpg
Cienfuegos
Cienfuegos2.jpg
Cienfuegos

Trinidad, quand à elle, a été fondée bien plus tôt et malgré le fait qu’elle ait été restaurée, a su conserver tout son charme avec ses rues pavées et bâtiments à l’architecture de style colonial espagnol. Par ailleurs, elle abrite de nombreux musées: romantique, d’architecture, d’archéologie, municipal général, lutte contre les bandits, l’art colonial, spéléologique, histoires naturelles et la maison-musée du général Serafín Sánchez. Pour la petite info gourmande: nous y avons mangé chez l’habitant les meilleures langoustes grillées de toute notre vie! C’est  ici également que nous avons été confrontés à la mousson: des pluies torrentielles pendant plusieurs jours qui ont causé l’évacuation et la disparition de nombreuses personnes. De notre côté, nous avons saisi notre chance avec le bus pour rentrer sur La Havane, mais l’eau sur la route arrivait déjà à plus d’1 mètre de hauteur et nous pouvons dire l’avoir échappé belle!

Trinidad2.jpg
Trinidad
Trinidad1.jpg
Trinidad

Vint ensuite le temps de se reposer à Varadero. Station touristique et balnéaire, nous n’avons pas été charmés par le lieu si ce n’est ses plages paradisiaques au sable blanc et l’eau turquoise transparente… Si c’était à refaire, nous aurions peut-être essayé de voyager par nous-même comme nous l’avons toujours fait auparavant, cela nous aurait permis de nous rendre dans les lieux qui nous plaisaient davantage et de choisir nos hébergements et restaurants (qui pour la grande majorité, hors repas chez l’habitant, n’étaient pas caractéristiques des lieux).

Varadero.jpg
Varadero

Et vous, êtes-vous déjà allé à Cuba? Quels sont vos lieux préférés?

Escapades: Majorque, perle de la Méditerranée

La première fois que j’ai entendu parler de Majorque, on me l’a présentée tel un rocher bétonné envahit par le tourisme de masse mal éduqué. J’imaginais un lieu sans charme, où la nature et l’histoire n’avaient pas leur place, où des hordes de touristes ingrats rougissaient sur le sable au soleil, cocktails à la main, sur un fond de musique techno.

Mensonges… C’est une toute autre réalité qu’il m’a été donné de découvrir lorsque j’ai été invitée à y passer deux semaines en famille en plein mois d’août. Je dois avouer que mon passage à Palma, la capitale, fut extrêmement bref, aussi, peut-être tous ces préjugés y auraient trouvé leur place. Mais pas pour le reste de l’île ! Tout d’abord, il existe deux moyens de s’y rendre : par les airs ou par la mer. Nous avions choisi la seconde option en nous rendant en voiture jusqu’à Barcelone en Espagne, où nous avons ensuite embarqué (avec la dite voiture) sur un ferry à destination de Palma. La traversée s’est faite de nuit et a duré entre 7 et 8h (je ne saurais dire exactement, n’aimant pas trop les ferrys sur lesquels je ne cesse de faire le tour à pied, ne pouvant rester en place, cela m’a semblé être une éternité).

Majorque est, comme que je le dis dans le titre, une véritable perle au cœur de la mer Méditerranée : plages paradisiaques, campagne bucolique, grottes, falaises, villes chargées d’histoire et cuisine délicieuse, le tout sous un soleil radieux et une température douce. Laissez-moi vous présenter ces lieux qui m’ont tant fascinée.

IMG_2559.JPG
La Chartreuse de Valldemossa

Je commencerais par les villes, où trois en particulier ont su retenir mon attention : Artà, Capdepera et Valldemossa. Si vous aimez l’histoire et les vieilles pierres, vous trouverez sans nul doute votre bonheur dans ces lieux. Artà et Capdepera se situent au nord-est de l’île, toutes deux ont su conserver leur patrimoine architectural et naturel, ce qui en fait de belles représentantes de l’histoire de Majorque : remparts, églises, citadelles… déambulez dans leurs rues pour en apprécier toute la beauté. Valldemossa, plus connue, jouie d’une belle réputation pour avoir hébergé deux hôtes de marque : Frédéric Chopin et Georges Sand. Petite ville comme en trouve dans le sud de la France, perchée dans les hauteurs face à la mer, ne manquez pas d’y visiter la Chartreuse, ancienne abbaye à la vue surprenante sur les vignes et la mer, qui a hébergé nos hôtes mentionnés plus haut. Aujourd’hui, de nouvelles personnalités y ont élu domicile tels Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones.

img_2494
Canyamel

Côté plages, chacune mériterait sa place ici, mais il y en a néanmoins que je garde davantage en mémoire pour leur sable blanc, eaux turquoises et environnement de rêve : Canyamel, Cala Agulla et Cala Formentor. Canyamel est une petite station balnéaire familiale à l’est de l’île, nichée au cœur d’une baie, la plage donne sur le petit centre-ville et est entourée de collines arborées la protégeant du mauvais temps. Cala Agulla n’en est pas très loin, celle-ci est plus sauvage, nichée dans la forêt de pins, donnant sur une petite baie entourée de rochers mais où le sable blanc et doré s’enfonce dans les eaux limpides. Quand à Cala Formentor, elle se trouve au nord-est de l’île, juste à côté des falaises du même nom. Celle-ci est plus longue mais beaucoup moins profonde, peu de sable pour plus de forêt et une baie paradisiaque.

img_2620
Cala Formentor

La nature sur l’île n’a pas été généreuse qu’avec ses plages, d’autres lieux sont au rendez-vous pour ceux qui aiment s’émerveiller : le Cap de Formentor, les Grottes du Drach et la route côtière reliant Valldemossa à Formentor. Le Cap Formentor est la pointe la plus au nord-est de l’île, une falaise imposante que l’on rallie par une route à travers les forêts de pins, vous offrant un panorama des plus impressionnants. Les Grottes du Drach sont un ensemble de grottes de 2,4km de long pour 25 mètres de profondeur, abritant le Lac Martel, un des plus grands lacs souterrains d’Europe. Et si vous aimez les road trip, ralliez la ville de Valldemossa à Formentor en longeant la côte, les paysages y sont de toute beauté (photo en couverture de cet article).

img_2613
Cap de Formentor

Ayant séjourné dans ma famille, je n’ai malheureusement pas d’hébergement à vos conseiller et je vous invite donc à vous rapprocher de l’office de tourisme de l’île. Je peux néanmoins partager avec vous une adresse gastronomique à ne pas manquer : Porxada de Sa Torre à Canyamel. Un restaurant de type auberge dans une tour du 13ème siècle, des produits locaux et une cuisine au feu de bois, je vous invite à goûter leur spécialité : le cochon de lait à la broche !

J’espère que ces quelques lignes sauront vous donner envie de vous rendre sur cette île, personnellement, je rêve d’y retourner et la faire découvrir à M., j’y ai découvert un véritable petit paradis et appris qu’il ne faut pas toujours se fier à l’opinion général, surtout lorsque celui-ci est négatif. Peut-être est-ce une ruse pour freiner les touristes et ainsi, protéger l’île du soi-disant « tourisme de masse » ?


Retrouvez notre article coups de cœur sur l’île de Majorque!